st l p


APPROCHE ANTHROPOLOGIQUE DE LA TERRE CREUSE

La terre n'est évidemment pas plate mais pas strictement sphérique non plus.
Ce qu'en ont dit l'amiral Byrd et Jacques Bergier a de quoi nous plonger dans un abime de réflexions.
Surtout, il est question ici du théorème de plongement de Nash :


Plongement

Tore plat

La terre est un tore, un beignet en quelque sorte, "donut" en anglais, mais très atténué :
Des confirmations voient le jour ça et là, par Nassim Haramein notamment,
qui confirment la nature magnétique particulière de la terre, autant dire ésotérique,
tout ça sous l'oeil de la lune, tout aussi creuse,suspecte de voyeurisme.
L'énergie toroïdale qui émane de la terre creuse est de même nature que celle qui encercle le coeur comme une couronne.
La maladie de Nash l'a induit à laisser parler son ressentiment, à libérer une énergie longtemps contenue,
ça n'a pas plu aux élites mondiales.

Biographie : John Nash

Extraits significatifs d'une suite d'évènements de ce personnage tourmenté :

... À partir de 1951, et jusqu'au printemps 1959, il enseigne (pas toujours de façon très orthodoxe) au Massachusetts Institute of Technology (MIT).
Durant cette période, il réalise encore des travaux d'une portée exceptionnelle en géométrie différentielle ou portant sur les équations aux dérivées partielles.
... Les excentricités de Nash virent brutalement en troubles mentaux au début de l'année 1959,...
... Il entend des voix, perçoit des signes crypto-communistes partout, se sent traqué en permanence.
Il doit renoncer à son poste au MIT, réside quelques temps à Princeton, s'enfuit ensuite en Europe où il veut obtenir le statut de réfugié.
Finalement, il est interné contre son gré en 1961.
Pendant neuf ans, il subira les traitements psychiatriques de l'époque, dont les électrochocs et les surdoses d'insuline.
... Peu à peu, les troubles mentaux de Nash s'atténuent au point qu'il est complètement guéri vers le début des années 1990
... Hélas, le destin le rattrape : alors qu'il rentre de Norvège après la cérémonie couronnant son prix Abel,
le taxi qui le ramène de l'aéroport sort de route le 23 mai 2015. John Nash et Alicia Larde (avec qui il s'est remarié en 2001),
sont éjectés et morts sur le coup.


            Quelle est la probabilité qu'un chauffeur de taxi ayant conscience de la valeur du personnage qu'il véhicule
    fonce à pleine vitesse contre la barrière de sécurité ?
Comment fait-on ? Il faut être cascadeur expérimenté pour réaliser cette prouesse !

La version officielle est cousue de fil blanc, ça ne tient pas la route (humour noir).
D'innombrables victimes innocentes ont été assassinées pour raison d'État : Coluche, Balavoine,...
John Nash est la cerise sur un gâteau terrestre qu'il s'agit de ne pas partager avec les gens du commun.
Le discours que Nash était sur le point d'asséner à un public ignare ne pouvait pas percer les brumes de l'asservissement.
Un minimum d'intuition et d'empathie permet de cerner cette personnalité aussi complexe qu'incomprise.
Il était persuadé d'être victime d'extraterrestres et dialoguait avec eux. Dieu sait ce qu'ils lui ont soufflé.
Attentes déçues, vexations et autres agressions d’un tempérament égotique
ont toutes les chances d'être vengées à la première occassion.
Toute la vie de Nash a suivi ce chemin tortueux, et la teneur message qu'il s'apprêtait à libérer d'une conscience meurtrie
                                                                   ne fait guère de doute.

Mort de Nash, narrations officielles, neutres et sans états d'âme

Le scientifique et sa femme, Alicia Nash ont été éjectés d'un taxi dont le chauffeur avait perdu le contrôle
sur une autoroute du New Jersey (est), a précisé la police.
"Les passagers du véhicule ont été éjectés" et sont morts ce samedi, a indiqué le sergent Gregory Williams,
en expliquant que le chauffeur avait "heurté une barrière de sécurité" sur le bord de l'autoroute.

... Le 25 mars dernier le prix Abel de mathématiques est mort ce samedi 23 mai 2015

... Le mathématicien de génie, prix Nobel d'économie en 1994, rentrait en effet tout juste de l'aéroport après avoir reçu en Norvège le prix Abel,
un équivalent du prix Nobel, mais en mathématique cette fois-ci.

Passer d'un grave état psychotique fécond en trouvailles géniales à un état quasi normal tient du miracle.
Un tel brusque changement d'état est rarissime, la question est : Qui ou quoi est à l'oeuvre là-desssous ?
La vie n'est pas un jeu à somme nulle,
Nash le savait mieux que quiconque : un effet positif vient quasi subrepticement en augmenter le potentiel global.
Les maître du monde ne l'ont pas voulu, dont la richesse n'a d'égale que la pauvreté qu'elle génère.
La schizophrénie implique l'idée de séparation, de division. Chez nash, c'est l'apothéose puisque il y a deux Nash en un seul,
un créateur, un révélateur, à l'instar de Dieu et du Verbe, le Christ. Comparaison n'est pas raison, simplement l'analogie est flagrante,
comme est flagrant le parallèle avec la terre duale, celle qui sent, et celle qui sait.
C'est inconsciemment que Nash crée, c'est consciemment qu'il révèle. La nouvelle terre est enfouie dans les tréfonds de chacun.
Le malheur de l'homme moderne est d'être enfermé dans le monde clos d'une raison étroite, dans le resserement d'un temps morne et continu.
Ainsi c'est toujours la même conclusion: un processus homogène n'est jamais évolutif. Seule une pluralité peut durer, peut évoluer, peut devenir.
Et le devenir d'une pluralité est polymorphie comme le devenir d'une mélodie est, en dépit de toutes les simplifications, polyphone.
Seule cette polyphonie, ce pluralisme, ce "polythéisme" peut rendre l'homme heureux. Il faut guérir l'âme souffrante,
en particulier l'âme qui souffre du temps, du spleen,
par une vie rythmique, par une pensée rythmique, par une attention et un repos rythmiques.
Il y a bien deux terres : L'une est celle de la raison excerbée, mâle, l'autre plonge dans les tréfonds de l'âme, féminine.
Il est vital d'osciller entre les deux pôles, chacun nourrissant l'autre.
Une nouvelle "aurore" se lève, une autre lumière qui rend à l'homme cette santé, cette vérité, fruit d'un nouvel esprit anthropologique,
celui qui affirme que les sciences de l'esprit, de l'homme, sont régies par les principes de l'homologie plutôt que par ceux du déterminisme.

RetourPage suivante (La pomme)